Le Conseil mondial pour les réfugiés et la migration demande aux Casques bleus de l'ONU de protéger les couloirs humanitaires en Ukraine

Déclaration - 21 mars 2022

Le Conseil mondial pour les réfugiés et la migration est consterné par la barbarie russe en violation du droit humanitaire international et des droits de l'homme en Ukraine, qui provoque la pire crise de réfugiés de l'histoire moderne de l'Europe. La Russie a fait preuve d'un mépris total pour la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine, et ses dirigeants doivent être tenus responsables de ce crime d'agression.

Adhérer aux principes humanitaires

Les parties au conflit en Ukraine doivent adhérer au droit international humanitaire en assurant la protection de la population civile et des détenus et en s'abstenant d'attaques illégales. Les armes telles que les bombes à fragmentation et les munitions thermobariques ne doivent pas être utilisées en raison de leurs effets indiscriminés. Les infrastructures critiques nécessaires à la survie de l'homme, telles que l'eau, le gaz et l'électricité, ne devraient pas être visées par des moyens cinétiques ou non cinétiques, c'est-à-dire cybernétiques. Les travailleurs humanitaires et d'aide devraient être protégés afin qu'ils puissent aider les civils en situation de détresse.

Des principes humanitaires bien reconnus dictent également que l'aide doit être distribuée de manière impartiale en fonction des besoins. Étant donné que les ménages dirigés par des femmes avec des enfants représentent la majorité des personnes déplacées, l'aide et les efforts humanitaires doivent accorder une attention particulière à leurs besoins et vulnérabilités spécifiques et s'assurer que les enfants ne sont pas exploités mais bénéficient d'une protection adéquate.

Étant donné que les agences de secours des Nations Unies et d'autres organisations de portée mondiale sont déjà mises à rude épreuve par les opérations humanitaires dans d'autres parties du monde, il est vital que les besoins critiques des réfugiés et des personnes déplacées là-bas ne soient pas ignorés alors que l'attention se concentre sur l'Europe.

Déployer des soldats de la paix de l'ONU pour protéger les couloirs humanitaires

Une résolution s'unissant pour la paix devrait être adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies, prévoyant le déploiement d'une force de maintien de la paix des Nations Unies pour sauvegarder les couloirs humanitaires en Ukraine.

Réaffecter les avoirs gelés pour aider les Ukrainiens grâce à un fonds fiduciaire mondial

La responsabilisation commence par la confiscation des fonds des dirigeants russes qui sont détenus à l'étranger et leur placement dans un fonds fiduciaire mondial pour aider le peuple ukrainien. La Loi sur la réaffectation des biens bloqués (FARA) présentée au Parlement du Canada est un modèle précieux dont les autres pays peuvent s'inspirer. Les pays de l'OTAN et les autres démocraties devraient convoquer une réunion de leurs ministres des Affaires étrangères pour collaborer à la création d'un tel fonds.

Alors que la situation critique des Ukrainiens à l'intérieur du pays et de ceux qui ont été forcés de fuir à travers les frontières de l'Ukraine s'aggrave d'heure en heure, la communauté internationale doit considérablement intensifier ses efforts pour aider le peuple ukrainien et les pays qui accueillent des populations réfugiées.

Partage des responsabilités

Les principes de partage des responsabilités énoncés dans le Pacte des Nations Unies pour les réfugiés doivent s'appliquer à cette crise sans précédent. L'assistance doit être accordée à égalité de conditions à toutes les personnes déplacées de force, quelle que soit leur nationalité. Il doit y avoir un degré effectif d'harmonisation des programmes de secours et de réinstallation.

Nous applaudissons la générosité des voisins de l'Ukraine qui ont gardé leurs frontières ouvertes pour les Ukrainiens et les ressortissants de pays tiers afin qu'ils puissent trouver un refuge sûr. Nous applaudissons également la décision de l'Union européenne d'invoquer la directive sur la protection temporaire pour permettre aux Ukrainiens de rester et de travailler dans l'UE pendant trois ans et donner aux ressortissants de pays tiers le temps de se relocaliser.

La communauté internationale doit veiller à ce que les voisins de l'Ukraine, en particulier la Pologne, reçoivent l'assistance dont ils ont besoin pour aider les réfugiés et les communautés locales qui les accueillent.

Une conférence mondiale et un plan d'action sur la sécurité alimentaire et sanitaire

Nous constatons les effets d'entraînement de ce conflit sur d'autres pays du monde. De nombreux pays en développement sont destinés à connaître des pénuries alimentaires critiques, car la production de la Russie et de l'Ukraine et d'autres céréales sont affectées par ce conflit. On peut s'attendre à ce que les pénuries alimentaires en Afrique du Nord et au Moyen-Orient contribuent à de nouveaux vols de personnes de cette région vers l'Europe. En conséquence, nous demandons instamment au Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies et à l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) de convoquer immédiatement une conférence de tous les principaux producteurs de denrées alimentaires et d'élaborer un plan concret pour aider les pays qui souffrent de pénuries alimentaires.

Alors qu'une nouvelle souche de COVID émerge en Europe, l'impact sur les besoins sanitaires des réfugiés et de leurs communautés d'accueil devrait également être au centre des secours humanitaires et des efforts de réinstallation.

Mettre fin à la guerre en Ukraine

La priorité absolue pour les Nations Unies, l'Ukraine et la Russie, et les autres membres de la communauté internationale doit être la résolution immédiate de ce conflit. Nous demandons instamment au Secrétaire général d'user de ses bons offices pour faire pression sur la Russie afin qu'elle se retire de l'Ukraine et s'engage dans des efforts de bonne foi pour résoudre la crise.


A propos du Conseil mondial pour les réfugiés et la migration Le Conseil mondial pour les réfugiés et la migration a été créé en mai 2017, initialement sous le nom de Conseil mondial pour les réfugiés, sous la direction de l'ancien ministre canadien des Affaires étrangères Lloyd Axworthy et avec le soutien du gouvernement du Canada. Le Conseil est un organisme mondial indépendant composé de plus de 20 dirigeants politiques, conseillers politiques, experts universitaires, un lauréat du prix Nobel, des acteurs de la société civile et des militants des droits de l'homme du monde entier. Dans son rapport majeur, Appel á l’action : transformer le système mondial d’aide aux réfugiésle Conseil cherche à renforcer la réponse mondiale au-delà des Nations Unies et de ses pactes mondiaux sur les réfugiés et les migrations.