News Release—Migration in North and Central America: Regional Responsibility and Opportunity

  • Les recommandations du Groupe de travail sur la migration en Amérique du Nord et centrale présentent de nouvelles options audacieuses pour la coopération régionale en matière de migration alors que les dirigeants se préparent pour le prochain Sommet des Amériques et le Sommet des leaders nord-américains
  • Le secrétaire aux relations extérieures du Mexique, Marcelo Ebrard, accueille aujourd'hui des acteurs clés d'Amérique du Nord et centrale pour discuter de la manière dont les recommandations du groupe de travail peuvent être adoptées.

19 mai 2022 (Mexico) — Le groupe de travail de haut niveau sur la migration en Amérique du Nord et en Amérique centrale a publié aujourd'hui d'importantes recommandations visant à combler les principales lacunes en matière de gouvernance et à promouvoir une meilleure coordination de la réponse souvent décousue à la migration dans la région. 

Les recommandations insistent sur le partage des responsabilités au niveau régional et décrivent des moyens spécifiques pour améliorer les mécanismes régionaux, soutenir les stratégies de développement et de protection en impliquant la société civile, et élargir les voies de travail et de protection pour les réfugiés et les migrants.

La clé parmi les 70 recommandations :

  1. Il est urgent d'adopter une approche globale, stratégique et régionale pour faire face à la migration en provenance du nord de l'Amérique centrale. Aucun pays ne peut, à lui seul, faire face à la complexité des défis de la migration. Le groupe de travail appelle à la création d'un nouveau Conseil nord et centre-américain sur la migration avec la pleine participation des communautés de migrants, des organisations de la société civile, des peuples autochtones, des donateurs, des institutions financières et du secteur privé. Basé sur le modèle du Conseil de l'Arctique, ce nouveau conseil apporterait une nouvelle approche pour coordonner des actions concrètes entre les nombreuses institutions de la région et offrirait une nouvelle plateforme, comme l'ont demandé de nombreux dirigeants, pour engager les principales parties prenantes sur une base permanente afin de s'attaquer aux causes profondes de la migration. 
  2. Les gouvernements du nord de l'Amérique centrale doivent s'attaquer aux moteurs politiques, économiques et institutionnels de la migration. Il n'y a pas de solution miracle pour s'attaquer aux nombreuses causes de la migration ; des changements politiques, institutionnels et économiques fondamentaux sont nécessaires. Les autres gouvernements de la région sont vivement encouragés à soutenir ces efforts. 
  3. Les États-Unis, le Canada et le Mexique doivent augmenter les voies légales de migration des Centraméricains - à la fois par la migration de travail et les voies de protection. Les Centraméricains migrent par des moyens irréguliers parce qu'il n'y a tout simplement pas assez de voies légales pour répondre aux flux migratoires actuels de manière ordonnée et prévisible.
  4. Tous les acteurs régionaux—des gouvernements d'Amérique centrale aux donateurs, en passant par les ONG internationales et les institutions financières—doivent trouver des moyens de soutenir l'engagement actif de la société civile dans la lutte contre les moteurs de la migration, le soutien aux migrants et aux rapatriés, et le plaidoyer en faveur des changements politiques nécessaires. Les acteurs de la société civile jouent un rôle humanitaire courageux dans la région, mais ils sont menacés et manquent de ressources.

L'ancienne secrétaire d'État américaine Madeleine Albright, récemment décédée, était l'un des co-présidents fondateurs du groupe de travail, aux côtés de Lloyd Axworthy, président du Conseil mondial pour les réfugiés et la migration et ancien ministre canadien des Affaires étrangères ; Mayu Brizuela de Avila, ancienne ministre salvadorienne des Affaires étrangères ; Julieta Castellanos, ancienne rectrice de l'Université nationale autonome du Honduras ; Laura Chinchilla, ancienne présidente du Costa Rica ; Silvia Giorguli Saucedo, présidente de El Colegio de México ; et le cardinal Álvaro Ramazzini, évêque de Huehuetenango, Guatemala. Les membres du groupe de travail comprennent un large éventail d'institutions de la société civile, d'entreprises et d'universités.

Créé par une initiative du Conseil mondial pour les réfugiés et la migration en partenariat avec le Center for U.S.-Mexican Studies, El Colegio de México, le Migration Policy Institute (MPI) et l'Inter-American Dialogue, avec le soutien du gouvernement du Canada, le groupe de travail a émis des recommandations fondées sur des preuves qui favorisent le partage des responsabilités à travers l'Amérique du Nord et l'Amérique centrale sur six questions clés :

  1. La protection humanitaire dans la région, en particulier pour les femmes et les enfants qui sont le plus en danger.
  2. Coresponsabilité et coopération pour la gestion des migrations, en se concentrant sur le renforcement des approches régionales de la migration dans la région.
  3. Cadres institutionnels et considérations de politique intérieure, y compris l'état de droit, la gouvernance, la corruption et la responsabilité.
  4. Investissement dans le développement à long terme pour lutter contre la violence et les gangs, la pauvreté et l'inégalité, et les impacts du changement climatique.
  5. Renforcer les voies légales de migration comme alternative à la migration irrégulière, y compris le parrainage privé, le regroupement familial et la migration de travail.
  6. Intégration des réfugiés et des migrants dans les pays d'accueil.

——————

Un rapport sommaire contenant les principales recommandations du groupe de travail sur la migration en Amérique du Nord et centrale est disponible sur le site wrmcouncil.org/taskforce, ainsi que des rapports et recommandations approfondis sur les questions ci-dessus et 12 documents de recherche de fond. Suivez les travaux du groupe de travail en utilisant #MigrationTaskForce sur les médias sociaux et en suivant @wrmcouncil sur Twitter et Facebook.

À propos du Groupe de travail sur la migration en Amérique du Nord et centrale

Le Groupe de travail d'Amérique du Nord et d'Amérique centrale sur la migration est un forum non gouvernemental composé d'universitaires, de leaders de la société civile et du monde des affaires, et d'anciens décideurs politiques en dialogue avec des responsables gouvernementaux actuels. Il a été créé pour faciliter un dialogue de solution à grande échelle entre les pays impliqués dans la crise de la migration et du déplacement forcé dans la région. Initiée par le World Refugee & Migration Council avec le Center for U.S.-Mexican Studies, le Colegio de México, le Migration Policy Institute et l'Inter-American Dialogue, la Task Force émettra des recommandations concrètes pour une action collective et régionale basée sur des recherches probantes afin de promouvoir le partage des responsabilités à travers l'Amérique du Nord et l'Amérique centrale. Plus d'informations sur wrmcouncil.org/TaskForce wrmcouncil.org/TaskForce

Co-présidents du groupe de travail

  • Madeleine Albright, ancienne Secrétaire d'Etat américaine ; Présidente honoraire du Conseil mondial des réfugiés et la migration (In memoriam)
  • Honourable Lloyd Axworthy, président du Conseil mondial pour les réfugiés et la migration, ancien ministre des Affaires étrangères du Canada
  • Lic. Mayu Brizuela de Avila, ancien ministre des Affaires étrangères, El Salvador
  • Dr. Julieta Castellanos, ancienne rectrice, Université nationale autonome du Honduras
  • Fr. Leonir Chiarello, Supérieur Général, Congrégation des Missionnaires de Saint Charles (Scalabriniens)
  • President Laura Chinchilla, ancienne présidente du Costa Rica
  • Dr. Silvia Giorguli Saucedo, Présidente, El Colegio de México
  • Cardinal Álvaro Ramazzini, évêque de Huehuetenango, Guatemala

Membres du groupe de travail

  • Pedro Barquero, Secrétaire au développement économique, Honduras
  • Jennifer Bond, fondatrice et directrice générale du Centre de ressources pour les réfugiés de l'Université d'Ottawa ; présidente de l'Initiative mondiale de parrainage de réfugiés.
  • Allert Brown-Gort, professeur invité de relations internationales, Autonomous Tech. autonome du Mexique
  • Noah Bullock, directeur exécutif, Cristosal
  • Father Juan Luis Carbajal Tejeda, Secrétaire exécutif, Pastoral de Movilidad Humana
  • José Miguel Cruz, directeur de recherche, Florida International University, Kimberly Green Latin American and Caribbean Center
  • Karla Cueva, ancienne ministre des droits de l'homme, Honduras
  • Diego de Sola, cofondateur et membre du conseil d'administration, Glasswing
  • Katharine Donato, Directrice, Institut pour l'étude des migrations internationales, Université de Georgetown
  • Jonathan Fanton, Conseiller spécial, Conseil mondial des réfugiés et la migration
  • Fay Faraday, , avocate canadienne spécialiste de la justice sociale
  • Rafael Fernández de Castro, Directeur, Centre d'études américano-mexicaines
  • Elizabeth Ferris, professeur à l'université de Georgetown et vice-présidente de la recherche du Conseil mondial des réfugiés et la migration
  • Jayne Fleming, directrice des programmes internationaux de protection des réfugiés, Reed Smith LLP, et directrice internationale, Lamp Lifeboat Ladder
  • Fen Osler Hampson, Président, Conseil mondial des réfugiés et la migration
  • Gina Kawas, boursière du Centre Vidanta-Wilson
  • Doris Meissner, Senior Fellow et directrice du programme de politique d'immigration des États-Unis, Migration Policy Institute
  • Helena Olea, directrice associée des programmes, Alianza Americas
  • Salvador Paiz, directeur, Fondation pour le développement du Guatemala (FUNDESA)
  • Patricia Perez-Coutts, présidente du conseil d'administration, Cuso International
  • Guillermo E. Rishchynski, ancien ambassadeur du Canada et membre du conseil d'administration du Conseil canadien pour les Amériques
  • Allan Rock, président émérite et professeur de droit, Université d'Ottawa ; ancien ambassadeur du Canada aux Nations Unies.
  • Emilio Romano, PDG, Bank of America Mexico 
  • Ana Mercedes Saiz, , directrice exécutive, Sin Fronteras
  • Andrew Selee, Président, Migration Policy Institute
  • Michael Shifter, Président, Inter-American Dialogue
  • Eduardo Stein Barillas, ancien vice-président du Guatemala et ministre des Affaires étrangères
  • Brian Stevenson, président et directeur général, Partenariats universitaires Amérique du Nord, Navitas
  • Irma A. Velásquez Nimatuj, professeur invité, Stanford Univ.
  • Beatriz Zepeda, professeur et chercheuse, Centro de Estudios Internacionales, El Colegio de México et ancienne directrice de FLACSO-Guatemala